Zaouiat Sidi Ali Bouatel renaît de ses cendres

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Les descendants restaurent le monument et comptent lui offrir un musée et un moussem.

Un monument restauré, une culture ressuscitée, un patrimoine enrichi pour toujours. C’est l’histoire de la Zaouia de Sidi Ali Bouatel, marabout des tribus sahraouies de la région du Haouz. Subissant les aléas du temps et des intempéries, la Zaouia a résisté durant des centaines d’années. Oublié et abandonné à son sort, ce site, vieux de plusieurs années, renaît de ses cendres.

Par Khadija SMIRI | LE MATIN

Alors qu’il risquait l’effondrement à tout moment, le voici fortifié et restauré pour réunir des centaines de descendants dispersés dans les quatre coins du Maroc, faire valoir cette richesse culturelle et rappeler la présence de tribus sahraouies au Royaume.

A l’origine de cette initiative, les descendants du marabout qui ont entamé les travaux de rénovation de la Zaouia avec l’accord du ministère des Habous et des Affaires islamiques. Pour financer ces manœuvres, ils font appel à la bienfaisance familiale, mais aussi au ministère qui a promis d’apporter leur aide par la suite.

Ghassen Bouatlaoui, un des initiateurs, nous raconte le début de cette aventure : «L’idée m’est venue à l’esprit depuis très longtemps, mais ce n’est que dernièrement que j’ai pu la concrétiser.» Ce qui a déclenché cette décision ? Une réunion de famille puis une visite de groupe au mausolée Sid Ali Bouatel.
Là, les descendants sont d’abord attristés par la situation délabrée du site qui a empiré à cause des intempéries. Ils se rendent compte d’une volonté collective de réhabiliter la zaouia et restituer son histoire. Et à Ghassen de continuer : «Récemment, on vient de découvrir des documents historiques, dont des dahirs du Sultan Moulay Hassan 1er et du Sultan Moulay Abdallah Ben Moulay Ismail à propos de Sidi Ali Bouatel. Tous les membres de la famille se sont mis à la recherche. Arbres généalogiques, livres historiques… on a rassemblé tout ce qui pouvait nous servir de document de mémoire pour faire valoir cette partie de l’histoire et la partager.» En effet, les descendants de la Zaouia de Sidi Ali Bouatel envisagent même de construire un Musée de la culture sahraouie dans
la région du Haouz de Marrakech. Dans cet endroit, ils réuniront tout ce qui se rapporte à cette partie de l’histoire.

Ainsi, la population locale, ses nombreux visiteurs, les originaires de la région… pourront se réunir autour de ce carrefour de la civilisation marocaine. Mais ce projet ambitieux a besoin de financement pour voir le jour. Jusqu’à aujourd’hui, les initiateurs de cette action cherchent des partenariats. «Nous voulons avoir un partenariat culturel avec la wilaya de Marrakech, le ministère de la Culture, et éventuellement avec les entreprises dans le tourisme ou des institutions bancaires», note Ghassen.

Ce n’est pas tout ! Les petits-fils de Sidi Ali Bouatel vont plus loin et comptent organiser le premier Moussem de ce saint en novembre 2010. Cet évènement a pour principal objectif de réunir, autour de la Zaouia, les membres des tribus Zirara, Cherardas, Ouled Dlim, Chbanetes, Tekna et autres se trouvant à ce jour au nord du Maroc dans la région du Gharb avec leurs cousins vivant dans les provinces du Sud. «Nous voulons ramener ces centaines de personnes à leur terre d’origine et faire de la zaouia un lieu de rencontre et de partage», conclut Ghassen.
—————————————————————

Un peu d’histoire

La Zaouia Sidi Ali Bouatel abrite le Marabout Sidi Ali Bouatel, Saint patron des Zirara, frange de la tribu sahraouie des Cherarda ainsi que des Chbanates, Ouled Dlim, Ait Oussa, Tekna et autres. Ces tribus ont connu plusieurs migrations. Arrivées au Maroc dans le sillage des Bani Hillal durant le Ve siècle, elles se sont installées dans la région de Seguia Hamra au sud du Maroc. Elles migrent ensuite pour constituer l’armée de Souss « Guich Ahl Souss » au VIIe siècle et sont installées par les Saadiens autour de Marrakech. Au début de la Dynastie Alaouite, le sultan Moulay Ismaïl fonda son armée Oudaya en puisant dans les hommes de Zirara. Il leur a voué une grande considération, notamment quand ils ont libéré la ville de Marrakech de l’emprise du révolté Ahmed Ben Mehrez, lui permettant ainsi d’unifier le nord et le sud du Maroc. Leurs notables, Chorfas et Mourabitines furent traités avec respect et grande considération.
C’est à cette époque que le Marabout Sidi Ali Bouatel et ses descendants reçoivent des Dahirs de respect et de considération.
Ces dahirs furent reconduits régulièrement par les sultans Alaouites. Les descendants de Sidi Ali Bouatel furent obligés de migrer (vers 1870) aussi dans le Gharb à cause de l’appauvrissement de la région. Ils se sont installés dans un village nommé depuis « Foqras Bouatlaouines », ils y vivent à ce jour.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »